L’asthme est une maladie chronique qui continue sa prolifération dans le monde et le Maroc n’en est pas épargné. SOS médecin casablanca a eu l’opportunité de partager le vécu des personnes atteintes d’asthme à Casablanca, lors d’une intervention d’urgence et a pu se concevoir le non-confort et les malaises qu’ils doivent perdurer : Un sentiment d’oppression dans la cage thoracique, un souffle court, une toux sèche, une respiration qui produit un petit sifflement… Trop de personnes souffrent d’asthme sans le savoir alors qu’elles présentent toutes les caractéristiques de la maladie. C’est ainsi et dans un engagement inconditionnel pour atténuer l’essor galopant de cette pathologique, que SOS médecin casablanca vous résume les caractéristiques, les signes et symptômes de cette maladie tout en vous rassurant que grâce au développement des nouvelles solutions médicales, le taux de guérison est en une phase prometteuse.

Pour commencer, définissons l’asthme comme une maladie chronique qui implique l’inflammation des voies respiratoires pulmonaires et l’hyperréactivité bronchique. Il en résulte l’expression clinique d’une obstruction des voies respiratoires inférieures qui est habituellement réversible. Physiologiquement, l’hyperréactivité bronchique est démontrée par la diminution du flux d’air bronchique après provocation par la méthacholine ou l’histamine. D’autres déclencheurs qui provoquent une obstruction des voies respiratoires comprennent l’air froid, l’exercice, les infections virales des voies respiratoires supérieures, la fumée de cigarette et les allergènes respiratoires. La provocation bronchique avec allergène induit une diminution rapide du flux d’air bronchique par immunoglobuline E (IgE) en phase précoce suivie (chez de nombreux patients) par une réaction à médiation IgE en phase tardive avec une diminution du flux d’air bronchique pendant 4-8 heures. La pathologie grossière des voies aériennes asthmatiques montre une hyperinflation pulmonaire, une hypertrophie des muscles lisses, un épaississement de la lamina reticularis, un œdème de la muqueuse, un effondrement des cellules épithéliales, une perturbation des cellules des cils et une hypersécrétion des glaires. Microscopiquement, l’asthme est caractérisé par la présence d’un nombre accru d’éosinophiles, de neutrophiles, de lymphocytes et de plasmocytes dans les tissus bronchiques, les sécrétions bronchiques et le mucus – comme montré – l’obstruction de la lumière de la bronchiole par l’exsudat mucoïde, la métaplasie des cellules caliciformes, L’épaississement épithélial de la membrane basale et l’inflammation sévère de la bronchiole.

 

Caractéristiques cliniques altérant l’augmentation ou la diminuation niation la probabilité d’asthme chez l’adulte :

Caractéristiques augmentant la probabilité Caractéristiques diminuant la probabilité
• Présence de plus d’un symptôme pertinent (respiration sifflante, essoufflement, oppression thoracique et toux), particulièrement lorsque ceux-ci sont:
• Pire la nuit et tôt le matin.
• Déclenché par l’exercice, l’allergène ou l’air froid.
• Aspirine ou bêtabloque provoqué.
• Une histoire personnelle ou familiale d’atopie.
• Sifflement généralisé à l’examen thoracique.
• Autrement inexpliqué faible FEV1 ou PEFR.
• Éosinophilie du sang périphérique autrement inexpliquée.
• Des étourdissements, des étourdissements, des picotements périphériques.
• Toux productive chronique sans respiration sifflante ou essoufflement.
• Examen thoracique normal à répétition lorsqu’il est symptomatique.
• Troubles de la voix.
• Symptômes avec le rhume seulement.
• Antécédents importants de tabagisme (> 20 paquets-années).
• Maladie cardiaque.
• PEFR normal ou spirométrie lorsqu’il est symptomatique.

Épidémiologie

• Sans aucun doute, l’asthme est une affection très fréquente et, actuellement, selon sources bien renseignées, au Maroc, 1,8 millions de personnes reçoivent un traitement contre l’asthme: 2 enfant sur 10 et 3 adulte sur 12.
• C’est la pathologie chronique la plus courante chez les enfants.
• Il y a plus de 1,5 millions de consultations de médecins généralistes et pneumologues  pour l’asthme par année.
• Le coût de l’asthme est estimé d’environ 3 millions de Dirhams par an.
• Au niveau international, le Maroc reste classé parmi les pays, qui devrait faire plus d’efforts en termes de prévalence de l’asthme, d’hospitalisations et de mortalité.
• La prévalence maximale se situe entre 5 et 15 ans et tombe ensuite jusqu’à l’âge de 55 à 64 ans, quand elle recommence à augmenter.
• Les différences entre les sexes – il y a une prépondérance masculine dans l’enfance avec un renversement au début de l’âge adulte.
• Certaines tendances de la prévalence de l’asthme semblent apparentes au fil du temps, mais leur interprétation est difficile compte tenu des difficultés méthodologiques (variation des méthodes de collecte et de classification des données) ainsi que des artefacts culturels liés aux changements dans la description des symptômes respiratoires chez les patients, Facilité ‘avec laquelle les médecins appliquent le diagnostic.
• Les diagnostics d’asthme sont devenus beaucoup plus courants depuis les années 1980, la prévalence de l’enfance augmentant de deux à trois fois.
La tendance de la prévalence de l’enfance semble s’être aplanie ou même avoir diminué récemment alors qu’elle reste stabilisée chez les adultes.
• L’incidence (basée sur les nouveaux diagnostics d’asthme par le médecin généraliste et le pneumologue) a augmenté dans tous les âges jusqu’à un plateau dans les années 2006 et est ensuite tombée.
• Les taux d’hospitalisation ont augmenté entre les années 1990 et la fin des années 2013 et diminuent actuellement.
• Il n’y jamais eu une «épidémie» de décès par asthme au Maroc, comme c’était le cas au Royaume-Uni dans les années 60, en particulier chez les enfants et les jeunes adultes. Cela a été attribué à des changements liés au traitement. Un deuxième pic, plus graduel, a été observé dans les années 1970-1980 chez les adultes et la mortalité a eu tendance à diminuer depuis.
Les chiffres d’une pratique individuelle, basés sur un registre âge / sexe / maladie, tendent à surestimer la prévalence réelle de façon significative, car beaucoup d’asthme sortant sans l’élimination du diagnostic. Il devrait être changé pour l’histoire passée de l’asthme quand un patient ne reçoit plus de traitement pour la condition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »