Il est évident que les pratiques médicales ont considérablement évolué ces dernières années dans le monde, dont le Maroc. Prendre en compte les préférences des patients représente aujourd’hui un enjeu majeur de santé publique. Les relations entre professionnels de santé et patients se transformant progressivement, la démarche d’information des patients évolue et nécessite de développer divers outils d’information et d’aide à la décision médicale, destinés aux professionnels de santé ou aux personnes malades. Le langage étant partie prenante dans la façon dont les connaissances se structurent, la linguistique trouve naturellement sa place au sein d’un processus d’élaboration d’informations destinés aux patients et à leurs proches, en proposant une évaluation des productions et des remédiations discursives qui visent à leur optimisation.

Les patients souffrant de maladies prolongées ou chroniques acquièrent souvent une compétence communicative avec une terminologie médicale beaucoup plus complexe que ne le croient leurs médecins.

Cela est important, étant donné que les patients sont trop souvent considérés comme des destinataires passifs de l’information médicale, ou pire, incapables de comprendre leurs propres données de santé. Des études récentes montrent qu’une des prescriptions les plus efficaces pour augmenter les résultats de santé et la réduction des taux de faute médicale est d’améliorer la façon dont les médecins communiquent avec leurs patients.

L’alignement de leur langue sur les patients entraîne l’impact potentiel de l’amélioration des résultats des patients. Pour les médecins, l’impact pourrait être de réduire les taux de faute professionnelle et de fournir de meilleurs soins.

La compréhension des patients est donc particulièrement cruciale et favorise l’intégration de la perspective du patient d’une manière plus intentionnelle et systématique tout au long du processus de développement de médicaments et de dispositifs.les médecins à domicile de SOS médecins casablanca soulignent qu’on doit reconnaître à juste titre que les patients devraient jouer un rôle essentiel dans le développement de médicaments et de dispositifs pour diagnostiquer et traiter leur maladie, car les patients sont dans une position unique pour fournir des informations essentielles sur ce qu’est qu’aimer vivre avec et combattre leur maladie.

Les médecins à domicile de SOS médecins casablanca sont unanime à penser qu’une réforme de la profession au Maroc devrait donner un coup de pouce à la centricité du patient ou axée sur le patient des soins. Ils définissent ces soins centrés sur le patient comme suit: «Fournir des soins respectueux des préférences, des besoins et des valeurs des patients et en tenant compte des valeurs et des valeurs du patient et guider toutes les décisions cliniques». , Impliquant la perspective du patient plus pleinement dans le processus pharmaceutique et de développement de dispositif médical.

 

 

PUBLICITÉ

Les linguistes identifient des groupes de personnes qui communiquent selon des règles communes d’interaction et de connaissance en tant que «communauté vocale». Les réseaux sociaux de soins de santé sont des communautés de la parole et sont un riche réservoir des perspectives des patients. Les patients et les soignants discutent régulièrement, en détail, des sujets allant de leurs résultats d’essais en laboratoire à la conception des essais cliniques.

Le problème avec les médecins? Certains en  pratiquent avec assurance et certains ne comprennent pas vraiment cette maladie. Nous devons éduquer nos médecins! Nous devons apprendre à parler leur langue.Pourtant, le langage des patients est encore plus nuancé. Au lieu d’utiliser simplement des termes médicaux, le langage axé sur le patient permet de prendre en compte le type de partage de l’information qui nous est le plus naturel: les histoires et les métaphores. Les médecins à domicile de SOS médecins casablanca se réfèrent à leur expérience de traitement comme une «lueur d’espoir» et leurs symptômes de la sclérodermie comme les «complexités de ce monstre».

Les organismes de soins de santé doivent adapter leurs stratégies de communication et d’échange d’informations, en employant à la fois la terminologie de la communauté médicale et les histoires et les métaphores d’une manière pouvant être reliée. La langue centrée sur le patient reconnaît la personne indépendante de son état, de ses styles linguistiques, de ses motivations et de ses émotions. C’est leur vie, pas leur maladie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »
WhatsApp chat